5 conseils essentiels pour les photographes qui voyagent

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Voyager pour le travail, c’est comme regarder une peinture impressionniste : de loin, elle est belle, mais de près, elle peut ressembler à un désordre complet.

La bonne nouvelle, c’est qu’une bonne préparation peut rendre les voyages d’affaires moins chaotiques pour un photographe. J’aimerais vous présenter quelques mesures que vous pouvez prendre pour que vos projets de photographie loin de chez vous aient plus de succès.

1. Commencez à prospecter votre équipage dès le début

Commencez à faire des correspondances avant d’avoir besoin de voyager. Il est beaucoup plus facile de constituer une équipe si vous êtes actif dans la région au préalable. Je fais toujours le tour de la scène locale en ligne à l’avance pour pouvoir établir quelques contacts et instaurer la confiance avant de voyager.

Cette étape est impérative si vous envisagez de sous-traiter une équipe pour votre tournage en dehors de la ville. En particulier dans le cas d’un second tournage, assurez-vous d’avoir vérifié les références et le travail de vos nouvelles relations. Discutez avec eux par téléphone ou par vidéo chat avant de confirmer leur rôle. Vous saurez ainsi s’ils sont opportuns et professionnels. Votre équipe photo ou vidéo vous représente, vous et votre marque, alors assurez-vous de choisir les meilleurs talents disponibles.

J’envoie des centaines de courriels non sollicités et des suivis deux mois avant aux maquilleurs et stylistes de talent avec lesquels je veux travailler. J’envoie en vrac en sachant que la plupart ne répondront pas, mais le fait de faire un suivi au moins deux fois augmente considérablement les chances. Je contacte également les photographes locaux pour leur demander des recommandations sur les personnes avec lesquelles travailler, les meilleures agences, les lieux, etc.

Assurez-vous que les photographes sous-traitants qui prennent des photos sous votre direction conservent tous les reçus des frais remboursables engagés pendant le voyage. En outre, vous et votre client devez avoir un accord écrit sur ce qui est (ou n’est pas) remboursable. En d’autres termes, n’oubliez pas de faire le tri dans vos dépenses ! J’ai déjà fait cet oubli auparavant, et le résultat est devenu un peu inconfortable.

2. Comparer la location de matériel et l’apport de votre propre matériel

De nombreux photographes qui voyagent utilisent des sites web comme LensRentals.com ou BorrowLenses.com et programment tout ce dont ils ont besoin pour arriver au moment (ou avant) du tournage. La location est parfois l’option la moins chère et la plus simple, mais cela dépend de plusieurs variables. Si vous envisagez de louer, il est utile d’identifier le bureau FedEx ou UPS le plus proche de votre lieu de résidence et de shooting pour pouvoir récupérer votre matériel rapidement.

Comparez le coût de la location et du trajet pour le récupérer, au coût – et aux risques – d’apporter votre propre matériel. De nombreux hôtels et centres de congrès ont leurs propres bureaux UPS et FedEx, mais certains facturent des frais de commodité. Si ces frais ne sont pas trop élevés, ils peuvent valoir la commodité et le temps gagné, surtout pour les événements d’entreprise à budget élevé.

Dans certains cas, vous préférerez peut-être utiliser votre propre matériel. Le confort de vos caméras de confiance avec tous les réglages internes auxquels vous êtes habitués peut être un atout majeur. Si vous ne pouvez pas louer tout votre matériel, envisagez de voler avec votre équipement le plus important et louez le reste.

Certains appellent cela un « coup de chance ». Mais tout comme le voyage lui-même, cette photo a nécessité beaucoup de planification avant l’exécution.

3. Vérification des portes

La « vérification des portes » est déclenchée par le fait que l’espace de stockage aérien d’un avion est entièrement rempli. Vous êtes alors obligé de remettre vos bagages à main, qui sont vérifiés avec le reste de la cargaison de l’avion. Cette procédure est particulièrement courante dans les petits avions. Faites tout ce que vous pouvez pour éviter le contrôle à la porte d’embarquement. Votre équipement est bien trop précieux pour être jeté comme un bagage.

Certaines compagnies aériennes proposent un embarquement prioritaire à un prix raisonnable, ce qui vous permet d’embarquer plus tôt, avant que les soutes de l’avion ne se remplissent.

C’est ce que dit Manny de Manny Pandya Photography :

Ma carte de crédit de la compagnie aérienne me donne droit à un « embarquement prioritaire » gratuit. J’embarque dans le groupe n°4 de 9 groupes, juste derrière les personnes les plus importantes. La carte me donne également droit à un premier enregistrement gratuit des bagages.

Manny note également qu’avant d’avoir sa carte de crédit de la compagnie aérienne, il payait souvent pour l’embarquement prioritaire – jusqu’à 60 dollars par aller-retour pour un seul bagage enregistré.

4. Sécurité des engins

J’ai une règle de base pour protéger mon matériel, une règle que j’ai eu peur de voir certains photographes enfreindre : Ne jamais laisser un sac d’appareil photo hors de vue pendant la prise de vue. Les voleurs dans les lieux à forte criminalité sont des experts et tenteront de vous déjouer, alors cherchez leurs combines et gardez une longueur d’avance sur eux. J’ai même entendu parler d’un voleur qui a remplacé un appareil photo à l’intérieur d’un sac par une brique légère, ce qui lui laisse amplement le temps de s’éclipser avant même que le photographe ne remarque l’appareil manquant.

Il est préférable de faire profil bas quand on est à pied, surtout dans les lieux touristiques bondés. En voyage, essayez de garder les logos cachés. J’ai vu des photographes prudents rapiécer des logos sur des sacs ou utiliser des sacs sans photo pour rester sous le radar des voleurs. Pendant les voyages en voiture, gardez votre équipement hors de vue des spectateurs à tout moment. Cela s’applique également aux arrêts de courte durée, comme les arrêts pour faire le plein d’essence. Tout objet de valeur doit se trouver dans votre coffre et/ou être entièrement couvert. Ne laissez aucun de vos sacs d’appareil photo passer par les vitres de votre voiture, surtout si des logos sont visibles.

Conseil : si vous apportez du matériel à bord d’un train ou d’un avion, faites-le passer dans l’allée quelques rangées plus loin, ce qui vous permettra de le garder à l’œil.

5. Tarifs préférentiels pour les médias

Certaines compagnies aériennes proposent des tarifs forfaitaires sur les bagages enregistrés pour les photographes en déplacement, en particulier ceux qui appartiennent à des sociétés membres ou à des types de sociétés de médias spécifiques. Cet article de Dylan Patrick, paru dans Fstoppers, présente les politiques de chaque compagnie aérienne en matière de bagages enregistrés, de rabais, etc. Assurez-vous d’utiliser des bagages résistants aux chocs et aux intempéries, comme les valises de marque Pelican, pour tout équipement enregistré.

 

Alors en résumé, comment voyager quand on est photographe ?

Voyager pour un tournage est une partie difficile mais importante d’une entreprise de photographie. Les prises de vue à grande échelle nécessitent beaucoup de planification – du choix de l’assistance médiatique appropriée à la prise de décisions cruciales concernant le transport et la protection de l’équipement photographique. Mais si vous planifiez judicieusement, vous devriez trouver les voyages pour des projets photo ou vidéo agréables et rentables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *